[News] News du dimanche

[News] News du dimanche

novembre 7, 2010
in Category: News, UNE
3 1316 1

Tandis que les chiffronniers de la presse continuent de verser dans les comptes (la critique est difficile et le b.a-ba statistique si facile !) comme dans les courses (en cette saison des Grands Prix d’automne, les pronostiques comme les pornostriques vont bon train !), misant sur les situations et les écritures moyennes (un roman comme celui de Claro, CosmoZ, constitue leur limite extrême, pour les raisons présentées sans ambages dans Le Monde des Livres de vendredi dernier, 5 novembre : "CosmoZ a l’avantage de garder le meilleur de l’expérimentation et de la richesse littéraire, tout en en proposant une ligne claire, lisible et joueuse") ; qu’en divers lieux de littéronanisme et de littérananisme fonctionnent les machines et machineries ; qu’en leurs nécropoles les croque-morts poursuivent leurs rites funéraires, célébrant inlassablement les "grantécrivains" ; que les experts en mondanités n’aspirent comme couronnement de leurs carrières de spécialisses qu’à une invitation à parader dans le supplément litfunéraire du vendredi ;

tout au long de ce mois de novembre, comme nous avons toujours essayé de le faire, LIBR-CRITIQUE vous invite à découvrir des auteurs, des pratiques, des lieux, des manifestations AUTRES…

Il en va ainsi du programme de ce soir : Guy Dupré, l’Expo Herbarius, le 8e Salon des éditeurs indépendants, les 20 ans de la revue Nioques, Prigent, Verheggen, Poésie & Vidéo # 7. /FT/

Lundi 8 novembre, 19:00 – 20:30 au Reid Hall (4, rue de Chevreuse / Paris 6e / Métro Vavin) : Guy Dupré.
Avec la réédition récente de Les fiancées sont froides (La Table Ronde), texte qui fut salué à sa sortie par Albert Béguin, André Breton et Julien Gracq, la voix si singulière de Guy Dupré revient vers nous. Hervé Gaymard a ainsi tenu à dialoguer avec Guy Dupré et l’écrivain Jean-Yves Masson afin de mettre en lumière une œuvre d’une grande exigence, où l’histoire affleure à chaque instant. Guy Dupré, né en 1928, a publié ses livres aux éditions du Rocher, Grasset, Plon et La Table Ronde. L’âme charnelle, Journal 1953-1978, compilation des souvenirs et des impressions, à la fois féroces et lucides, sur la comédie d’une époque, vient d’être publié chez Bartillat.
La vente des livres des auteurs sera assurée sur place par la librairie Tschann.

► Si vous voulez faire pousser une fleur imaginaire en même temps que se crée sous vos yeux le texte qui en parle, Rendez-vous AU VERNISSAGE de l’exposition HERBARIUS 2059, un herbier du XXIe siècle, Création de Miguel CHEVALIER en collaboration avec JP BALPE.
Le Mardi 9 novembre 2010 à 18h, Bibliothèque Nelson Mandela, 26/34 av. Maximilien Robespierre 94400 à VITY-sur-Seine.

► Jeudi 11 novembre, à 15:00 – 14 novembre, à 20H, L’autre LIVRE organise le 8e Salon des éditeurs indépendants à l’Espace des Blancs Manteaux, 48 r vieille du Temple, PARIS 4ème (M° Hôtel de ville).
Ce salon fait découvrir, sur 1 000 m2 au cœur de Paris, les livres de 150 éditeurs français ou étrangers dont la production originale contribue activement à la "bibliodiversité". 5 000 visiteurs recevront le catalogue détaillé des maisons présentes, le journal du salon ainsi qu’un badge pour la défense de l’édition indépendante et un marque-page de L’autre LIVRE.
Animations. Exposition, ateliers, jeux autour du livre, lecture en musique, rencontres, dédicaces… seront proposés par les éditeurs dans des espaces dédiés.
Débats. Lecteurs et professionnels du livre seront rassemblés autour de journalistes spécialistes du monde de l’édition pour s’interroger sur "La librairie et l’édition indépendantes" (dimanche 14).
Ces débats sont retransmis sur Radio Paris Fréquence Plurielle. Réservations sur BittetReduc.
Distribution du badge "LIbRE", ENTREE GRATUITE.

Les 20 ans de la revue NIOQUES organisés à l’atelier cinq, week-end portes ouvertes samedi 13 novembre 2010 à 19h30 : lectures jean-marie gleize / noura wedell / damien blanchard – video terre ingrate mais pas totalement de jacques-henri michot – visite des archives de la revue.

* dimanche 14 novembre 2010 de 14h à 17 h : jean-marie gleize présente la revue – video terre ingrate mais pas totalement de jacques-henri michot – visite des archives.

5 rue a. tardieu arles (entre arènes et voltaire) : 06 10 24 12 11 lateliercinq@free.fr

Mercredi 17 Novembre,2010, de 13 h à 15 h. Entretien avec Christian Prigent : "La poésie pour quoi faire ?". À l’Auditorium du Petit-Palais (Musée des beaux-arts de la Ville de Paris). Petit-Palais, av. Winston-Churchill, 75008-Paris. Contact : Maison des écrivains et de la littérature, 01 55 74 60 90.

Maison de l’Europe de Paris, 35 Rue des Francs Bourgeois 75004 Paris, mercredi 17 novembre, 18h30 à 20h30 : spectacle-lecture (deux comédiens) et débat autour de l’oeuvre de Jean-Pierre VERHEGGEN. Inscription obligatoire, dans la limite des places disponibles : sh.bushi-cadot@paris-europe.eu

Poésie & Vidéo [ #7 ] dans le cadre des Instants Vidéo 2010 et de la manifestation Contre-Pied, quinze ans : Nadine Agostini, Jacques Demarcq, Dominique Meens, Sabine Tamisier et le musicien et compositeur Francis Gorgé samedi 20 novembre 2010.

Soirée organisée par Autres et Pareils, Les Instants Vidéo et la Maison des Jeunes et de la Culture, en partenariat avec la librairie l’Alinéa, qui vient clore, comme à son habitude, le festival des Instants Vidéo à Martigues.

1ère partie : Vidéos ponctuées de poésie, 18 h 30, salle Prévert, Martigues.
En première partie, Sabine Tamisier (une écriture au frontière du théâtre et de la poésie), puis, la poète et performeuse Nadine Agostini (qui déclare "n’être intéressée que par le langage, tous les langages").
2ère partie : Poésie ponctuée de vidéo, 21 h, salle Prévert, Martigues. En fin de deuxième partie, Avec les oiseaux, une lecture-concert avec Jacques Demarcq, Dominique Meens et Francis Gorgé.

Avec les oiseaux : "Jacques Demarcq (Les Zozios, Nous, 2008) et Dominique Meens (L’Aigle abolie, P.O.L., 2005) n’écrivent pas sur, mais bien avec les oiseaux. L’un mêle volontiers sa voix à leurs cris, leurs rythmes, leurs sonorités ; l’autre associe son regard à leur hauteur de vue. Une façon pour tous deux de prendre du chant vis-à-vis du monde tel qu’on veut nous le faire penser. Comme ils sont poètes au sens le plus classique (ils aiment les Anciens) et le plus moderne (ils inventent des formes), il était prévisible qu’un musicien, Francis Gorgé les rejoigne pour donner de l’espace à leur verbe. Gorgé avait fondé le trio "Un drame musical instantané" en 1975, puis la paire Gorgé-Meens en 1982. Cette fois, le trio aura deux voix, six cordes de guitare, et quelques puces d’ordinateur pour mieux gratter. Les oiseaux, on sait, sont mi-gratteurs, et (aussi, oui) mi-têteurs. C’est à un voyage tactile, et non pas tacticien, que ces trois-là nous invitent.
Quatre poètes. Quatre voix. Quatre façons d’écrire, de lire et de se situer, issues de cette modernité poétique que nous essayons de faire entendre à Martigues (et ailleurs), montrant sa richesse, son invention et son rapport avec les autres champs littéraires et artistiques, dont la musique, la performance, l’art vidéo et la scène. Soirée organisée par Autres et Pareils et la Maison des Jeunes et de la Culture, les Instants Vidéo, en partenariat avec la librairie l’Alinéa, dans le cadre de la manifestation "Contre-Pied, quinze ans" et des "Instants Vidéo 2010."

Salle Prévert et MJC, Bd Emile Zola 13500 Martigues ; tel : 04 42 07 05 36. Soirée organisée par Autres et Pareils et la Maison des Jeunes et de la Culture, les Instants Vidéo, en partenariat avec la librairie l’Alinéa, dans le cadre de la manifestation "Contre-Pied, quinze ans" et des Instants Vidéo 2010.

, , , , , , , , , , , , ,
rédaction

View my other posts

3 comments

  1. Fabrice Thumerel

    Merci pour le lien, SaihtaM : oui, certaines machines sont fascinantes en effet – et en rendre compte est un plaisir.
    Mais il s’agit ici de toutes les machines institutionalisées, routinisées, qui « fonctionnent » au détriment de toute créativité, de toute spontanéité, de toute liberté… des lieux réifiés, des gestes répétitifs, des équipes sérialisées, robotisées… Il y en a dans le domaine éditorial, dans les médias comme dans la recherche universitaire… partout où règnent la volonté de pouvoir, le rabaissement / rapetissement des problématiques, l’auto-érotisme en lieu et place d’un désir transitif…

  2. saihtaM

    Tiens, je suis bien d’accord…
    (ça m’amuse de répondre deux ans après !)
    (il faut dire qu’entre temps j’ai lu -ou plutôt essayé de lire- l’ouvrage (CZ) accolé à cette réflexion, qui fut à l’époque salué partout comme un chef-d’oeuvre : c’est un pensum !)
    (dans un monde réellement nul, le faux est un moment du faux)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *