[Texte-chronique] Bernard Desportes : La honte, encore

[Texte-chronique] Bernard Desportes : La honte, encore

septembre 13, 2015
in Category: chroniques, UNE
0 2220 21
[Texte-chronique] Bernard Desportes : La honte, encore

Qui sommes-nous ? une multitude de peuples, venus des quatre coins de la Terre qui n’en possède pas : terre unique et ronde mêlée de tous les paysages, de tous les sangs, de toutes les voix humaines. 

D’où venons-nous ? d’une succession de cultures diverses que – par delà les guerres, les religions, les obscurantismes et les barbaries – nous avons su, inexorablement, brasser, renouveler, perpétuer à travers la Renaissance, la rigueur classique, les Lumières enfin, porteuses de leur idéal de liberté  et leur conviction d’égalité. "Tous les hommes naissent et demeurent égaux en droits" – il nous aura fallu plus de vingt siècles pour arriver à cela : abolir la soumission religieuse et son voile d’obscurantisme sur les esprits, reconnaître l’égalité de tous les hommes. Puis deux siècles encore de combat pour arriver, difficilement, à  l’égalité des hommes et des femmes. 

Conquêtes fragiles et, nous le savons,  jamais acquises : l’âge d’or ne fut que de courte durée… Le X X e siècle aura connu la barbarie de l’Allemagne nazie, du fascisme et du franquisme,  celle de la dictature sanguinaire de Staline,  de Mao, de Pol Pot, ou encore du très catholique Pinochet… Le X X I e siècle s’ouvre en grande pompe sur le renouveau des religions avec son lot de fanatisme et de barbarie fondés,  comme au Moyen Âge,  sur une prétendue loi divine : égorger,  violer, réduire en esclavage se fait en parallèle à la destruction systématique de toute expression culturelle (livres, sculptures, monuments…) : "Dieu n’est pas un artiste", disait Sartre, ses larbins non plus. Seuls détenteurs de la Vérité, ils n’aiment ni la culture ni les hommes (et encore moins les femmes), ils ne conçoivent ou n’acceptent l’être humain que soumis ou mort : détruit toujours.

Face au déferlement des fanatismes religieux qui menacent toute civilisation, nos dirigeants tergiversent, cherchent des accommodements et distinguent avec minutie les religions radicales des religions modérées : il faut faire la part, disent-ils, entre ceux qui professent radicalement Dieu et ceux qui ne le professent que modérément…

Enfin, à  côté,  en parallèle et parfois avec, se dresse à  nouveau, rampant  (mais de moins en moins) le mufle court de à la bête hideuse de haine et de mépris. En France c’est le Front National et ses visées programmatiques de nettoyage ethnique. Auquel  il faut ajouter tous ceux qui chassent sur ses terres : les sarkozystes, les populistes et tous les petits fascistes de la pensée rance, molle et sournoise : ceux qui n’osent pas penser tout haut. Leur dernières trouvaille : "la France ne peut accueillir toute la misère du monde". Au nom de cette pensée hypocrite et imbécile, nous ouvrirons nos portes à  20 000 migrants fuyant la Syrie soumise aux massacres de Daech et du boucher Bachar. Sur 66 millions d’habitants, ça  fait 1 migrant accueilli pour 3300 habitants ! Vive la patrie des Droits de l’homme ! Mais déjà Sarkozy s’insurge et propose de les parquer d’abord pour en faire un tri. Cependant que la majeure partie des pays de l’Europe refuse d’accueillir même 1 seul migrant sur son sol, ferme ses portes, sort ses matraques et érige des barbelés…

Où allons-nous ? "Nous autres civilisations savons que nous sommes mortelles", disait quelque part Valery. Nous y allons vers cette mort tranquille et gavée, nous y serons bientôt  – mais avant cela, et aujourd’hui même,  par quelle honte, encore ?

, , ,
rédaction

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *