[Texte] Mathias Richard, Prenssée #e

[Texte] Mathias Richard, Prenssée #e

juin 14, 2017
in Category: créations, UNE
0 967 4
[Texte] Mathias Richard, Prenssée #e

Suite des "prenssées" de Mathias Richard, l'auteur du Manifeste mutantiste : patch 1.2 et de syn-t. ext [sur LC]. [Lire "prenssée #d"]. Photo : © Khalid EL Morabethi.

C'est très difficile de réussir à ne rien dire. | Je couvre de noir uni les mots et toutes leurs significations. | En combinant tous les discours du monde, on aboutit à une voix qui articule quelque chose.

 

Notre service est indisponible tous les jours de 00:00 à 24:00.

Nous vous invitons à nous contacter ultérieurement.

À très bientôt.

 

La Terre est un gibet. | animhomm | pur vide | 1 million d'années pour se rendre à la planète habitable la plus proche. | La seule vérité à laquelle on accède par une conscience aiguë, c'est l'urgence et la nécessité du suicide. | Il n'y a pas de lumière. | Il y a toujours pire que pire. | Le héros finit sa vie seul, constamment couché, en regardant des vidéos de Laurel et Hardy. | Le monde pullule de sous-merdes et petites raclures protégées par la civilisation. | Il n'est pas possible d'être un héros quand il n'y a personne qui vaille la peine d'être sauvé. | Conçu et né dans des films X : un corps étranger à son propre corps : sort de son propre corps

 

Un homme se penche, haut d'un kilomètre. Il force à lire des livres traitant de l'évolution des espèces, de sociologie et d'anthropologie, de mythologie et de biologie. | Il y a des morceaux qui s'ajoutent. Je ne suis pas fini. Je veux un livre sur le genre d'animal que je suis, une fois qu'il est terminé. | Dans une revue, on dit que la prochaine étape de l'évolution chez l'homme est psychique plutôt que physique. | Être capable d'extraire ses rêves et les mécaniser.

 

Les services secrets, les agents de surveillance, eh ben moi je prends ça comme un public. 

Les services secrets, les agents de surveillance, tu sais ceux qui écoutent les conversations téléphoniques, qui lisent les mails et regardent ton ordinateur, eh ben moi j'aime bien, je me dis que ça me fait un public (un public captif, même).

 

Je me méfie un peu des gens qui veulent avoir des rapports sexuels politiquement corrects. | On a une belle manière de pas être ensemble. | Ici, je suis un sous-sous-locataire. | Toi qui dit ne pas m'aimer, tu m'aimes mieux que celles qui disent m'aimer. | Je voudrais que mes amis soient comme le soleil, la mer, ou la montagne : des certitudes, des choses solides. | maman me lavait les oreilles avec sa langue parfois | papa léchait mes blessures aux genoux parfois | Des corps dans les rues. Des corps sur les marches d'escalier. Des corps dans les photographies de journaux. | 48 décapitations à 13. Le vainqueur est... | Est-ce que je peux être plus en vie que ça svp ? | Je suis né quelque part et j'ai poussé comme de la mauvaise herbe, comme j'ai pu, en regardant ailleurs. | On confond sa tumeur avec une pensée. | Une sensation d'intimité avec les chiens m'envahit, quand le vent porte l'odeur d'une merde à mes narines. | Déjà fait, de dire : « déjà fait ». | Il articule "Quand est-ce qu'on baise ?", puis meurt.

, , , ,
rédaction

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>