[Texte] Philippe Jaffeux, Entre (extrait)

[Texte] Philippe Jaffeux, Entre (extrait)

juillet 21, 2016
in Category: créations, UNE
2 3305 31
[Texte] Philippe Jaffeux, Entre (extrait)

Nous tenons à remercier Philippe Jaffeux de nous avoir donné cet extrait inédit de son prochain livre. Dans son dernier, Écrit parlé (entretien avec Béatrice Machet, Passages d'encres, mai 2016), il confiait : "Le hasart et les contraintes libèrent mon inconscient en révélant des possibilités ignorées de ma langue" (p. 23). Cette précision est fondamentale pour aborder le texte ci-dessous, qu'il commente ainsi : "Entre est ponctué à l'aide d'une paire de dés. Les intervalles entre chaque phrase s'étendent donc entre deux et onze coups de curseur. Entre est un texte aléatoire qui est accompagné par l'empreinte de trois formes transcendantes : le cercle, le carré et le triangle." [Sur LC, entretien de l'auteur avec Emmanuèle Jawad]

 

L’élan d’une paire de dés reconstitue les recherche
d’un jeu vital       Le lieu d’un ton se renverse sur une
image imprononçable    L’alchimie de ses humeurs
régénère un désert d’interstices   La mort de ton
écriture prend en compte ma langue fantomatique
Sa position catalyse une forme qui se situe à la
charnière d’un texte et d’une image             Le
rayonnement de votre indifférence renouvelle
la définition d’un risque      L’absurdité de tes
abstractions rompt avec l’histoire d’un sens          Un
débat entre ses marges et vos blancs intensifie ma
conception du vide       Ses phrases se jettent dans le
salut d’une chute attendue      Nos interruptions
aléatoires disloquent la figure d’un ordre         Mes
chutes servent de moule à l’espace d’un épuisement
Je pacifie des intervalles qui défendent de l’air
barbare      Le jet d’une paire de dés s'ancre dans la
résistance d’un doute nécessaire   La musique du
hasart aspire à produire une lumière incontrôlable
Il s’ouvre sur un vide qui se défait d’une écriture
ennuyante          Sa solitude d’analphabète révèle
nos angoisses incontournables   Une paire de dés
me donne l’occasion de repousser tes lettres
malchanceuses      Nos intervalles font un signe à
vos paroles creuses     Des accidents arment la
nature d’un mouvemen                   t  invisible    La
cinématique d un espa                     ce tombe entre
des interlignes bricolé                       es      Son
instinct défend une pai                   re de dés qui
observe nos oublis           Son alphabet symbolique
interagit avec un vide littéral        Des courants
d'interlignes rafraichissent un éventail de vibrations
lisibles      Nos ombres sont au service d’un écart qui
appartient à ta lumière        Un ordinateur corrompu
se conne    cte avec la tension d'une image  Il relie
la circu          lation de mes silences à la fluidité de
vos c               ontradictions        Elles passent devant
des                     pauses qui négligent un travail de
no                        s mots            L'univers d'un
espace contemple le destin de nos illuminations
Son étrangeté radicale approfondit l'action de notre
alphabet     Un sens imprévisible interroge les
réponses d'un vide expérimental    Les détails de
mon ignorance perfectionnent la science d'une image
L'organe de son errance sert la libération d'un souffle
cosmique       Il entre entre des phrases qui habitent
une ponctuation répétitive     L'appel d'un fond se
relie au jeu d'un silence construit     La matière de sa
résistance s’écarte d’un vide saturé           La
description d’une méditation atroce s’enferme entre
nos intervalles           Obéissons au maître intérieur
d’un alphabet sans but       Elle se construit à
l’image d’un regard qui incarne notre texte             La
source d’une écriture virtuelle se connecte à la
lumière de nos actions    Vos paroles sont des signes
qui s’accrochent à la                        joie de nos
silences La marque                         de nos oublis se
règle sur un vide spo                       ntané
L'aventure de tes fulg                      urances sillonne
la trajectoire d'un sup                      port   Une
abstraction prend soi                       n de nos chocs

, , ,
rédaction

View my other posts

2 comments

  1. françois huglo

    Entre : invitation – au hasart, au vide, au désordre,
    à l’écriture, à la lecture, à la vie, à la mort-
    à entrer entre
    les lignes
    comme en marge
    (celle dont le texte se sépare, celle qu’il rejette au-dehors).
    Entre ici, entre entre,
    coup de dés dedans !

  2. Pingback: ÉCRIT PARLÉ : La méthode Jaffeux - Lectures au coeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>