[Texte] Sébastien Ecorce, VARIA, punctum

[Texte] Sébastien Ecorce, VARIA, punctum

juin 30, 2020
in Category: créations, UNE
0 547 31
[Texte] Sébastien Ecorce, VARIA, punctum

Revoici Sébastien Ecorce – professeur de Neurobio à ICM, Salpètrière, écrivain-poète -, que nous remercions pour ce premier extrait d’un travail en cours. [Lire son dernier texte sur LIBR-CRITIQUE]

 

Le syndrome sec signe-t-il une chute de la larme

Une rechute a un effet neuroprotecteur dans l’épaisseur de la chute princeps

La chute diminue les jours sans rémission

Réduire le volume n’est pas un coup d’arrêt à ce que tu déplaces très légèrement

Le vide respire : c’est solidement prouvé

Les troubles du jeu ne connaissent pas le temps qui s’écoule

La pleine conscience, de quelle manière pourrais-tu la guider

Le score moyen est une question de douceur, aussi

Le souvenir est une plante réduite et résiduelle

Ce que tu peux oublier par l’enquête courte

Un rapport de risque dans les rapports d’observation

Jour contre se répète dans sa différence

Tu feras du coaching avec intervalle de confiance

Est un petit effet dans un grand échantillon, ou grand effet dans un petit échantillon

Ce que tu oublies est un critère de jugement secondaire

De quelle manière pourrais-tu réduire ce que tu détruis

Etat fonctionnel : ne pas voir

La gravité est-elle celle de la partie dans le tout, ou celle du tout dans la partie

Un effet de taille dans la proportion des séries

Le temps est un score qui répond à une échelle de temps

Les jours sans es-tu toujours dans le groupe

Comparé au groupe. Ne compare pas. Quelle est la chute de l’Histoire ?

La valeur n’est pas basée sur l’efficacité, mais sur le lien à l’efficacité

Tu préfèrerais toucher les effets de persistance

Est-ce que cela respire après intervalle d’intervention

Tu voudrais recruter des oublieurs dans une proportion significativement plus élevée

Tu voudrais oublier l’oubli précède le fardeau d’oubli

Et l’erreur, quelle chute. Avec l’erreur, l’ennui, c’est que l’on veut toujours la réduire à un effet de taille

Tu voudrais toucher le balancement du raisonnement circulaire

Parfois, ne voir qu’il n’y a aucune référence à une règle générale

Ils étaient blancs tes signes. Et s’ils étaient noirs

La douceur de la traque peut manquer

Tu la retrouveras par des groupes de précurseurs d’entre les signes

Tu penses pouvoir finir par aimer le silence et la mort, qui ne sont que des leurres dans les groupes

Tous les hommes sont mortels est à une heure d’observation

Tu veux sécher tes signes qui vont su particulier au général. Mais ceux qui vont du général au particulier.

Pour certains le voyage s’arrête au cercle syllogistique. Ils y voient une apodictique dans la valorisation des signes.

Garder la vérité. On ne la garde pas. Elle circule. Du général au particulier, comme du particulier au général.

Un outil si tu es seul au monde. La prémisse.

Tu pourras toujours relancer la chute. Pour voir qu’il n’y a pas de règle du déjà connu.

Le larynx de Socrate.

(…)

© Warhol, 1986 ; Fischer, 2019.

, , , , ,
Fabrice Thumerel

Critique et chercheur international spécialisé dans le contemporain (littérature et sciences humaines).

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *