[Chronique] Eric Chevillard ou le désordre autobiographique

[Chronique] Eric Chevillard ou le désordre autobiographique

mars 21, 2014
in Category: chroniques, Livres reçus, UNE
0 2324 29
[Chronique] Eric Chevillard ou le désordre autobiographique

Le diptyque d’Eric Chevillard sème le désordre en territoire autobiographique…

► Éric CHEVILLARD, L’Autofictif en vie sous les décombres, L’Arbre vengeur, janvier 2014, 234 pages, 15 €, ISBN : 979-10-91504-10-2.

 Eric CHEVILLARD, Le Désordre AZERTY, Minuit, janvier 2014, 202 pages, 17 euros, ISBN : 978-2-7073-2336-1.

 

« Que changerais-je à ma vie, si je pouvais la recommencer ? Les idées me vinrent par dizaines, et je me lançai confiant dans la rédaction de mon autobiographie. » C’est sur ces mots que s’achève le sixième tome d’un journal singulier qu’il nomme Autofictif, histoire de souligner qu’il importe moins de raconter sa vie que de la réinventer : toute autobiographie, en somme, ne serait qu’une autofiction. Et l’auteur de rejoindre ces piliers de l’écriture de soi contemporaine que sont Serge Doubrovsky et Alain Robbe-Grillet.

Seulement, ce serait oublier qu’Éric Chevillard s’attaque à « l’hystérique impudeur de l’autofiction » dont Christine Angot est le parangon (L’Autofictif, 2009, p. 214). Mais comment échapper à ce genre honni de l’autofiction ? Par l’excellente tenue de la réflexion, qui nous vaut ce genre d’analyse littéraire : « Il y a les écrivains qui se complaisent dans le réel, qui fourrent leurs phrases dedans, qui en rajoutent une couche ; et les écrivains qui prennent le réel dans les rets tranchants de leurs phrases afin de le retailler à leur guise » (p. 14).
Par la tenue d’une véritable revue satirique de notre temps. Dans L’Autofictif en vie sous les décombres, sont visés la vanité de l’écrivain, les clichés et topos journalistiques ou littéraires… Dans Le Désordre Azerty, l’anthropocentrisme littéraire : « L’ennui de ces pages où jamais ça ne rugit ni ne hennit ni ne barrit ni ne cacarde – où ça ne fait au contraire que déblatérer » (21) ; la pantinisation de l’écrivain actuel et le ridicule phénomène de la rentrée littéraire : « Les écrivains sont rentrés. Dans le rang »…
Par une fictionnalisation de soi qui débouche sur l’autodérision ou l’inattendu. L’autodérision fait partie intégrante de la démarche chevillardienne : « Voici donc la deux millième page de L’Autofictif. La formule est aujourd’hui un peu usée et j’ai résolu de lui substituer dès la rentrée trois motets quotidiens dédiés à la Vierge Marie » (p. 216)… Inutile, donc, d’essayer de le prendre en flagrant délit d’auto-aveuglement : « L’écrivain ne doit pas s’y tromper. Il travaille aujourd’hui pour les ménagères de plus de 50 ans » (p. 85). Au reste, dans Le Désordre Azerty, on trouve ce paradoxal autoportrait en humoriste : « L’humoriste n’est pas un joyeux drille. […] L’humoriste n’est pas très sensible non plus à la poésie burlesque du clown. […] L’humoriste a pris son corps dans la langue. […] l’humoriste est un rabat-joie » (119-120). Quant à l’inattendu… Un fait incongru : « J’introduisis le rhinocéros dans la pièce où j’exposais ma collection de toiles d’araignées en prenant bien garde à ne pas laisser entrer la mouche » (33). Une déclaration loufoque : « Je suis la réincarnation de Jules Laforgue, mais personne ne veut le croire » (88)…

En fait, si Eric Chevillard se met en scène dans la plupart de ses écrits, c’est pour subvertir l’actuelle spectacularisation de l’écrivain. Et quand enfin on croit qu’il va se livrer, c’est sous la forme d’un carnet pseudo-autobiographique qui doit son nom à sa méthode de composition : Le Désordre Azerty (2014) est un texte réflexif qui s’ordonne selon la logique du clavier. Ainsi, AZERTY comme : « Aspe », « Zoo », « Ennemi », « Rentrée », « Théorie », « Yeux ». Ensuite, de « Utilité » à « Nuit Neige Noël », en passant par « Quinquagénaire », « Style », « Genre », « Humour », « Journal », « Littérature », ou encore « Chevillard », zigzague le cheminement scriptural. Qu’il retrace son demi-siècle ou le récit arbitrairement journalier qu’il rédige depuis 2007, l’auteur suit la même logique paradoxale : refusant tout principe chrono-logique, toute hiérarchie, il procède au télescopage de micro-événements plus ou moins insignifiants, le court-circuitage des signifiés comme des signifiants confinant à l’incongruité et générant « des effets de surprise ou de reprise, de coïncidence ou de dissonance » (p. 127). Le décousu et l’incongru comme principes d’écriture autobiographique.
On terminera en soulignant que cet autoportrait oblique aborde avec humour la cruciale question du portement du nom. A considérer l’étymologie de son patronyme, rien d’étonnant à ce que l’on se torde souvent la cheville dans son univers… Et quand on songe qu’est un « chevillard » celui qui maîtrise l’art de planter à la cheville, le voici « rendu au sol »… « Paysan ! » (174). D’où la nécessité pour lui de se faire un nom, et pour cela, de se démarquer du label Minuit ; ce qui explique sa charge contre l’écriture blanche : chevillé au style, il fustige cette « littérature de miroitier bègue à l’usage des singes et des perroquets » (92).

, , , , , ,
Fabrice Thumerel

Critique et chercheur international spécialisé dans le contemporain (littérature et sciences humaines).

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *