[Texte - 7] Claude Favre, A.R.N._ Agencement Répétitif Névralgique_ voyou [Dossier : Claude Favre ou la poésie comme langues de guingois]

[Texte – 7] Claude Favre, A.R.N._ Agencement Répétitif Névralgique_ voyou [Dossier : Claude Favre ou la poésie comme langues de guingois]

septembre 27, 2013
in Category: créations, UNE
0 1676 31
[Texte – 7] Claude Favre, A.R.N._ Agencement Répétitif Névralgique_ voyou [Dossier : Claude Favre ou la poésie comme langues de guingois]

Voici l’avant-dernière livraison de ce long et fascinant agencement répétitif de Claude Favre, premier volet en huit extraits d’un dossier important. [Lire le 6e extrait]

 

Boîte à magie c’est merveilles, après tel trou noir tombe tombe ce serait soleil, noir, mais ruade, reins, d’insolence, paroles guingois, pas vraiment muette et avec des tas de moyens, bazar chambard et toutim tintouin, chaos, tantinet sauvage elle dit, et un rien veilles, un brin nanotechnologie, foutue boite à magie, théâtre de, mésécritures crincrin, le chemin sans retour, à dead lines, je trace elle dit me récite moteur c’est peut-être pas une question de temps, Ah ! je ne suis pas métaphysique, moi

 

Précipité départ, narrations suspensions, tête à rien corps bas l’inverse, elle dit je retiens mise à mort ma parole, me demande se quitter, verbe réflexif est-ce, donner le repos à, le voudrai simplement, me donner ma mort c’est à moi, ça plan précis violemment, je, voudrais dire, retour case ne suis, pas, que, traversée crans craintes que, par folie que, des autres, elle dit j’insiste, les mots ici et maintenant sont d’origine obscure, déceptive, brutale

 

 

 

Elle dit, la faim c’est aussi quand d’autres et se gavent et se plaignent, l’homme tout passe par la bouche, couleuvres, alouettes et mistigris, mors contre dents, piaffe et bave, à renâcles, la mort c’est quand les mots sont morts dans la bouche, quand les mots braqués étouffent à, étreignent et cognent dans le ventre, elle dit alors il est question de crispes, crampes, nœuds

 

Elle dit un mois et demi disparu de mon calendrier, bonjour février et bonne année, fouillis des parenthèses, quel chaos boîte pandore, crans à questions, jours Bosch qu’Arcimboldo, on devrait être plus que toujours seul à certains moments, elle dit je dis, dire est un verbe qui bouge, elle dit ma tête tombe peinte au sang, elle dit certains jours certaines nuits dire est un verbe macabre, elle dit certains réveils sourds à, chercher, à, en mourir, sont traversés comme des révolutions, indicibles, elle dit, indicibles

 

Elle dit dormir n’est pas toujours de tout repos, chaos, boîte à crans, dommagée par rupture, celle que fait la vie cassant, sens dessus dessous, mais vous dire ce que j’y ai entendu, elle dit, voudrais-je pourrais-je, ou l’inverse, outre tempête fracas noir de bruits boucan, il y aurait aussi à dire le silence, quel pourrait être le mot pour dire le silence, compte tenu des nœuds, la sortie de la nuit

, , ,
rédaction

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *