[Texte] Mathias Richard, Prenssée G

[Texte] Mathias Richard, Prenssée G

juillet 14, 2017
in Category: créations, UNE
1 1522 12
[Texte] Mathias Richard, Prenssée G

Suite des "prenssées" de Mathias Richard, l'auteur du Manifeste mutantiste : patch 1.2 et de syn-t. ext [sur LC]. [Lire "prenssée #f"].

Titre du texte : 06 95 27 19 55 / Je supprime régulièrement mes amis. / la bonne odeur d'herbes coupées des TERRAIN MILITAIRE : DEFENSE D'ENTRER / Je veux du soleil. Je ne dois pas me porter bien. Beaucoup, beaucoup de soleil. Devenir vraiment malade. Du soleil sur moi, qui me baigne, partout, de sa chaleur. Rester malade. Devenir plus malade. / des pensées se mêlent ensemble alors qu'elles ne devraient pas être mélangées les unes aux autres / J'ai jamais aussi bien baisé de ma vie. Mais c'était pas avec la bonne personne. / on renverse le contenu des tiroirs pour les mélanger ensemble / les folies s'interpénètrent, interagissent / Il faut s'ouvrir l'un à l'autre de tous ses tentacules. / derrière mon pansement, j'ai un vagin sur l'avant-bras / Est-ce que mon fœtus peut tomber enceinte. Réponse oui si c'est une fille. / Il y a un conflit entre ma cicatrisation et ma respiration. /

 

JE VEUX ACHETER DES AUTOMATISMES

JE VEUX ACHETER DES NOUVEAUX AUTOMATISMES

 

JE VEUX ACHETER DES AUTOMATISMES

DES NOUVEAUX AUTOMATISMES

 

du corps acéphale surgit une tête chiée

(l'anus-chie-tête, on l'appelle) / Il reste 37 secondes pour changer votre façon de penser.

 

Comment :

mentir.

Comment :

tirer.

Comment :

réfléchir.

Comment :

chier.

 

l'accouchement par l'orgasme | la première éjaculation : la première fois qu'un certain passage est emprunté dans le corps | Notre corps brille dans le noir, d'une lumière 1000 fois plus faible que celle que notre œil peut percevoir. | Je me dessine sur le regard un gigantesque 8 lumineux pour ne pas voir autre chose. | L'enseignement par hypnose fonctionne et deviendra généralisé à partir de la rentrée prochaine. | Je n'ai plus confiance en toi, je te libère de ma confiance.

 

toute la nuit est finie

la nuit entière est finie

toute la nuit est finie entièrement

toute la nuit entière est finie

toute la nuit est entièrement finie

 

Les camions poubelles sont mon opéra. / Aujourd'hui les fifilles sont épanouies comme des fleufleurs. / Haute comme 3 pommes, elle a fait 100 pas. (Soit 300 pommes.) / Son poème favori est un billet de 500€. / La fille porte un t-shirt « Je suis une bombe, Jihad, née le 11 septembre. » | Tu as tellement de rides que t'as des sourires dans ton sourire. | Seul, de la manière la plus terrifiante, et tu n'es pas la personne que tu voudrais être. | un corps composé de culs, un corps tout en cul, en calculs de cul ; un corps de culs | je tu il dans les elles | la vie monte et déborde sous forme de gestes | ça hurle sous ma peau, en moi, dans ce que je suis | panique attentat quoi faire je sais pas | j'ai pas le temps de naître | Souvent les choses ne sont pas une question de temps mais d'élan.

 

j'aimerais en fait pouvoir fumer en continu

aspirer et que cela soit bon, mais sans fumer,

juste avoir la sensation de fumer mais sans fumer juste en sentant le passage de l'air

cela s'appelle respirer

fumer, mais sans fumer, juste en respirant

, , , , ,
rédaction

View my other posts

1 comment

  1. Yrvan

    Très poésie contempo… reste encore à supprimer les déterminants, quelques redondances, et pr^t à envoyer aux éditions Al Dante…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>