[News - chronique] Hommage à Bernard Desportes (1948-2018) [1/5]

[News - chronique] Hommage à Bernard Desportes (1948-2018) [1/5]

mars 24, 2018
in Category: News, UNE
0 1466 12
[News - chronique] Hommage à Bernard Desportes (1948-2018) [1/5]

... dansant disparaissant...
le jour du printemps
dans le bleu du ciel
il s'en est allé...
Où ça ?
Vers les déserts...
Vers l'Éternité...

Mais comme "tout est perdu dans la réalité" (Reverdy), nous continuerons à vagabonder...
À l'impossible, sauf à être nul, nous sommes tenus !

Habités par l'impossible, nous poursuivrons la route inlassablement, que faire d'autre ?
Enfants de la nuit
enfants de l'envie
nous porterons ta voix avec fracas
de l'abîme à l'Éther !
/Fabrice Thumerel/

♦♦♦♦♦

Philippe Boisnard  "Bernard Desportes aura été l'une des rencontres les plus fortes de mon existence, l'une des exigences de vie, d'écriture, de rapport à l'autre les plus intenses. Il m'aura introduit au noir, il m'aura fait traverser des villes emplies de moustiques, de cimetières, de folie inondant l'esprit humain. On aura partagé notre amour de Koltès, on aura traversé des mers pour des salons littéraires, on aura ri la nuit face à l'incurie de ce monde, on aura ri de la folie de nos affects, de nos horizons intérieurs.... Bernard Desportes nous a quittés, et il continuera à exister pourtant là, dans mon âme.... Dansant disparaissant..."

► Interview de Bernard Desportes par Philippe Boisnard, au début du Salon de Tanger en 2007 (ici) et à la fin : ici.

► Extrait de La Vie à l'envi : lecture et montage de Philippe Boisnard.

► Philippe Boisnard, "Découverte des Fictions de Bernard Desportes"

♦♦♦♦♦

A posteriori, le dernier livre de Bernard Desportes, Brève histoire de la poésie par temps de barbarie, dans lequel la figure centrale est à la fois "mendiant putain fossoyeur écrivain", apparaît comme testamentaire dans la mesure où il condense toute l'œuvre, "où se côtoient tous les peuples du monde, tous les métiers, tous les trafics, tous les abîmes, mais aussi [...] toutes les enfances rêveuses, lascives, inassouvies, et les putains adolescents". Son esthétique : "un roman qui ne raconterait rien, un roman sans autre sujet que la vie même qui n'est faite d'aucune histoire naturellement mais d'une réalité où tout se perd"... Desportes ou l'impossible récit - fût-il autobiographique. Rien d'étonnant, donc, qu'il ait plus d'existences que s'il avait mille ans : dans l'écriture, le sujet s'irréalise au travers de multiples avatars et se fond dans une histoire subjective de l'art et du monde. À cet égard, un passage s'avère particulièrement révélateur : "en danger à Tanger j'ai fait pompier à Pampelune et fossoyeur à Elseneur, j'ai aimé la boue grasse les sueurs adolescentes la chair qui frissone à Lisbonne, j'ai vécu l'inceste à Trieste, j'ai fait voyou à Moscou putain à Pantin et tapin à Turin" (53)... Prévaut ici une logique du signifiant qui n'est pas autotélique mais ouverte sur l'espace des possibles.
Dans cette œuvre testamentaire, le sujet scriptural - toujours à "l'âge de déraison" (27) - s'auto-engendre par l'écriture, s'affirmant "né sans père sans pays sans nom" (78) et se mettant en quête d'un "envers du monde" (79). S'en dégage le portrait d'un écrivain qui affectionne "la fraîcheur de l'inhumain" (Du Bouchet), d'un poète du NON qui déteste toutes sortes de clôtures : "le bas-fond fangeux des professeurs-de-secondaire avec leurs vieilles manies leurs vieilles copies leur vieille poésie subjective toujours horriblement fadasse" (22) ; "la poésie métrique à coups de trique comme un tambour militaire" (29) ; la "poïésie de bénitiers de fabricants de courtisans de professeurs", l'art comme "décoction décorative pour gogo & gobeurs niais" (30)...
Dans ce texte qui charrie de blancs ruisseaux de foutre et de mécréants, on retrouve le vert paradis de l'enfance cévenole, une quête dynamisée par le couple antinomique Eros/Thanatos, et aussi la Bibliothèque portésienne : Artaud, Bataille, Blanchard, Du Bouchet, Duvert, Faulkner, Kafka, Koltès, Lautréamont, Reverdy, Rimbaud... /FT/

♦♦♦♦♦

"Une vie ça n'existe pas" (Brève..., p. 48).

Je ne peux que relire mélancoliquement cette courte présentation d'une rencontre prévue avec Annie Ernaux, intitulée "Écrire sa vie : faire monde" - soirée qui devait couronner leur long dialogue, entretenu par une correspondance importante depuis des années... Soirée qui n'aura pas lieu... [Sur LC : Bernard Desportes, "Lettre à Annie Ernaux"]

 

Écrire sa vie, est-ce possible ? Comment accéder à son « petit tas de soi verrouillé dans mémoire » (p. 9) ? Quelle mémoire ?

"J'ai jeté la mémoire avec l'eau du bain

dans la fosse à purin" (29).

"Je scie les arbres généalogiques pour en faire des fagots que je brûle

et m'enivre de leur fumée" (36).

Qu’est-ce qu’une vie ? Un tas de petits secrets, de souvenirs plus ou moins (ré)inventés, de repères dans son petit monde ? Ou des rêves, des lectures, des expériences, des faits sociaux et historiques qui font monde dans et par l’écriture ?
Comment écrire dans l’étrangeté à soi et au monde ? Dans un "écart entre le monde réel toujours inaccessible et le monde suffocant que l'on porte en soi" (29). Dans un entre-deux où l’on se perd : Je / Autre ; Eros / Thanatos ; dedans / dehors ; réalité / fiction ? /FT/

► À lire sur LIBR-CRITIQUE : 
- Entretiens de Fabrice Thumerel avec Bernard Desportes : "Roman (et) critique" (2008) ;  "De l'abîme à l'éternité" (2013).

- Contributions de Bernard Desportes à Libr-critique :
"Deux ou trois choses à propos de Rouillan" ;
"Littérature et liberté" ;
"Le Parti des procureurs" ;
"Interdit de séjour" (hommage à Tony Duvert) ;
"Les Failles d'un livre ambigu (Retour sur Retour à Reims de Didier Éribon)" ;
"Baal" (extraits) ;
"Chère petite fleur" ;
"Le Silence de Barbarin" ;
"La Honte, encore" ;
"Onfray comme une outre" ;
"Le Cynique" ;
"La Criminelle Alliance des populistes".

- Chroniques de Fabrice Thumerel : L'Espace du noir ; Le Présent illégitime ; L'Éternité ; Irréparable quant à moi.

- Francis Marcoin sur Une irritation ;

- Fabrice Thumerel dir., Bernard Desportes autrement, Artois Presses Université, 2008.

, , , , , , , , , , , , ,
Fabrice Thumerel

View my other posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>